Crédit en ligne : pourquoi est-ce intéressant et comment s’assurer de le faire en toute sécurité ?

Crédit en ligne

Le crédit en ligne est une solution avantageuse pour faire face à des difficultés financières. Cette offre bancaire se matérialise par des services pratiques, rapides et surtout sans intermédiaire. Finis les rendez-vous en agence et le stress qui les accompagne. L’ensemble des démarches peut se faire dans le confort de votre canapé. Reste à redoubler de vigilance, à l’heure où les arnaques sur la toile sont monnaie courante.

Sortir d’une passe difficile, et pas que…

Ces derniers temps, la tendance est au crédit conso en ligne. D’un montant allant de 200 à 75 000 euros et d’une durée minimum de 3 mois, ce prêt sans justificatif permet de faire face à une situation financière délicate. Le « crédit affecté » en ligne connaît surtout un engouement accru. Rien de tel que d’avoir la possibilité de s’offrir une nouvelle voiture, financer des travaux de rénovation, ou encore remplacer la vieille chaudière, sans passer par la case « entretien avec le conseiller bancaire ».

Un aspect pratique indéniable

La popularité du crédit en ligne résulte, en grande partie, de son aspect pratique. En effet, vous pouvez faire sa demande à n’importe quelle heure, même durant les week-ends et les jours fériés. Une démarche qui vous donne d’ailleurs droit à une réponse de principe immédiate. Dans le cas d’un retour favorable, il suffit d’apposer votre signature électronique directement sur le contrat au format numérique. Par ailleurs, les conseillers du Service client se montrent beaucoup plus disponibles, dans l’accompagnement des clients qui souhaitent souscrire un prêt en ligne.

Réponse rapide, solution rapide

La rapidité compte aussi parmi les avantages associés au crédit en ligne. En effet, selon la nature de la demande, le virement des fonds se fait dans un délai allant de 48 heures à une semaine. Certains organismes prêteurs font d’ailleurs l’exploit de débloquer le fonds, le jour même de la réponse favorable. Cette solution s’avère alors pratique pour répondre à un besoin urgent, qu’il s’agit d’une panne de voiture, d’un sinistre non pris en charge par son contrat d’assurance…

Des coûts beaucoup plus avantageux

Les conditions rattachées au crédit en ligne sont les mêmes que celles d’un prêt classique. À titre d’exemple, l’emprunteur bénéficie d’un même délai de rétractation qui est de 14 jours calendaires. Notons toutefois que le prêt en ligne occasionne beaucoup moins de frais que le crédit classique. Rien de plus normal dans un contexte de rude concurrence : les frais de dossier sont par exemple presque inexistants, dans le cas d’un crédit à la consommation en ligne. De même, les organismes de prêt rivalisent d’ingéniosité pour afficher le taux le plus bas du marché.

Comparateur, un passage obligé

Afin d’éviter bien de mauvaises surprises, il faut prendre le temps de comparer les offres de crédit en ligne disponibles sur le marché. Il suffit de recourir à un comparateur, outil pratique et facile d’utilisation. L’opération se résume à remplir un formulaire et à indiquer ses besoins de manière précise. En quelques minutes, on obtient toute une liste des offres les mieux adaptées à son profil d’emprunteur. Le mieux est de se faire accompagner par un connaisseur, et pourquoi pas un courtier bancaire, dans l’analyse des résultats. En effet, certains organismes prêteurs s’adonnent à une pratique frauduleuse : ils affichent des taux, de prime abord avantageux, mais qui ne tiennent pas compte des frais annexes (frais de dossier, frais d’inscription, primes d’assurance…).

Comment reconnaître les offres douteuses ?

Le marché du crédit en ligne n’est pas épargné par le fléau des arnaques sur le web. Pour reconnaître les offres douteuses, il suffit parfois de se référer à l’énoncé. Il faut par exemple se méfier d’une offre trop alléchante et ne nécessitant que très peu de justificatifs. L’emprunteur n’est même pas tenu de justifier sa capacité de remboursement. De même, le traitement du dossier peut se faire de manière expéditive, et sans prêter attention au taux d’endettement de l’emprunteur.

En conclusion, le crédit en ligne suscite l’intérêt de nombreuses personnes, à l’heure où le mode de consommation s’inscrit dans le tout numérique. Démarches simplifiées, conditions flexibles, coûts avantageux, taux très bas… Ce sont une partie des avantages dont on peut profiter grâce à cette offre bancaire. Les organismes de prêts font tout pour afficher les meilleures offres du marché.

Pour trouver celle qui répond à vos besoins, il est recommandé de recourir à un comparateur de crédit en ligne. Attention ! La pire des erreurs serait de céder à la sirène des offres trop alléchantes. Dans le doute, le recours aux services d’un courtier bancaire reste de mise.

Sous-traiter vos saisies de données : les avantages

TPE ou grande entreprise, on vous conseille de sous-traiter la saisie de vos données. Il existe désormais des professionnels qui peuvent s’en occuper. Aussi bien au début de la digitalisation de vos prestations que pour l’entretien de vos bases de données, un operateur de saisie de données peut être un allié incontournable pour la gestion de vos documents. 

Un sens de la minutie et du professionnalisme à votre service

Un opérateur de saisie est un professionnel à l’aise à la fois avec les outils informatiques, les logiciels de dictées que le dactylo et les ordinateurs en général. Mais surtout, c’est un prestataire avec un bon sens de la minutie et du professionnalisme. Il vous garantit une saisie copie conforme de tous vos documents et de vos données, quels qu’ils soient. 

Bien évidemment, il vous propose un service personnalisé. Il respecte les délais qui lui sont imposés et les consignes que vous lui imposez pour la réalisation du service en question. Le but est de vous assurer une entière satisfaction dans la transformation numérique et digitale de vos données. 

Un gain de temps pour vous dans la saisie de vos données

Avec un opérateur de saisie, vous gagnez du temps. Il est plus rapide, car il est plus à l’aise avec le clavier. Et pendant qu’il s’occupe de l’entretien de vos bases de données, vous avez le temps de vaquer à d’autres occupations. Après tout, la transformation digitale de votre entreprise ne touche pas simplement la saisie des informations en numérique, mais nécessite aussi une certaine organisation. 

Le prestataire se  charge de la réception des données et de la saisie. Vous n’avez qu’à patienter. C’est un sous-traitant disponible en ligne si vous avez d’éventuelles questions. 

Une obligation pour ceux qui ne sont pas à l’aise avec le dactylo 

Vous n’êtes pas à l’aise avec le dactylo ? Vous n’avez pas encore appris la saisie à l’aveuglette ? Faites appel à un opérateur de saisie, quitte à payer quelques centaines d’euros pour ce faire. Cela vous évitera de faire des erreurs, qui peuvent vous être fatales, pendant la saisie de vos bases de données. 

Il faut une formation et quelques années d’expérience pour réellement connaître par cœur le clavier d’un ordinateur. Et d’ailleurs, l’opérateur de saisie de données aura suivi ce genre de suivi professionnel avant de se prétendre comme professionnel en la matière. De quoi vous garantir une bonne qualité de prestation.

L’impression 3D : Son éventail d’applications

Si le premier brevet de l’impression 3D (plus connu sous le nom de fabrication additive pour les professionnels) a été déposé en 1984, il n’a été accessible au grand public qu’il y a peu. Au début, son domaine d’application se limitait uniquement à la conception de prototype industriel. Toutefois, ce n’est plus le cas aujourd’hui car cette technologie possède un champ d’application plus vulgarisé. 

Dans le domaine industriel : Le prototypage rapide


La fabrication de prototype est la raison d’être de l’impression 3D. On entend par prototype, la version test d’un produit. Ce premier exemplaire sera étudié et vérifié pour une production à l’échelle industrielle. Cela permet également d’assurer la faisabilité du projet. Étant un produit test, le prototype n’est fabriqué qu’en de petites quantités. Des modifications peuvent encore y être apportées avant l’obtention du produit final. 

C’est une pratique beaucoup plus économique que celles qui sont plus traditionnelles comme le fraisage ou l’injection de plastique. En effet, elle ne demande pas beaucoup de mains d’œuvre. Vous n’aurez pas besoin de faire d’assemblage et cela nécessite moins d’outillage. Quelques heures seulement suffisent pour obtenir le produit après la conception numérique de celui-ci. Le coût et le temps de production seront réduits. C’est pourquoi le prototypage détient 70% du marché de l’impression 3D.


La fabrication de maquettes pour des projets architecturaux ou artistiques


La fabrication de maquettes figure aussi parmi les premières applications du domaine. La maquette est un modèle miniature ou une petite représentation souvent utilisée dans le domaine de l’architecture et de l’art. Elle permet d’avoir une vue en trois dimensions d’une structure pour déterminer si le projet est réalisable ou non. 

Comme pour le prototypage, la fabrication de maquettes avec une imprimante 3D permet un gain de temps considérable, surtout par rapport au montage d’une pièce en mousse, en carton ou en bois. En fonction du matériau utilisé, elle offre également une meilleure précision, ainsi qu’une plus forte résistance. 

Dans le secteur de la santé : Prothèses, implants, modèles chirurgicaux


Grâce à l’avancée technologique, il est désormais possible d’appliquer l’impression 3D dans le domaine médical à commencer par la fabrication de prothèses. Cela fait maintenant plus d’une dizaine d’années que les audioprothésistes utilisent ce procédé. Aussi, la totalité des appareils sur le marché est conçue par impression 3D. La technique permet en effet de réaliser un appareil s’accordant parfaitement à l’anatomie du client, mais aussi de produire plus de pièces pendant une courte durée (plus de 50 appareils en une heure et demie).

Plus tard, les orthodontistes ont aussi commencé à fabriquer des moulages de dents, des bridges, des couronnes temporaires ou encore des gouttières. Aujourd’hui, l’impression 3D fait ses premiers dans la confection de prothèses de membres.

Outre les prothèses, il est notamment possible de fabriquer des dispositifs médicaux destinés à être implantés dans le corps humain. Le premier implant, une mandibule en titane, a vu le jour en 2012. D’autre part, la fabrication de modèles chirurgicaux a le vent en poupe. Cette technique permet au personnel médical d’étudier les différents aspects d’un os ou d’un organe avant une intervention chirurgicale.


Dans la vie quotidienne


La vulgarisation de l’impression 3D permet aux particuliers de fabriquer divers objets du quotidien. Les possibilités sont infinies : coque de protection de téléphone, vaisselles, décoration, jouets, porte-cléssont tous personnalisables. Chacun peut ainsi développer sa créativité et exprimer son art à un prix raisonnable. 

Même la confection de robes, de vestes ou de chaussures est envisageable de nos jours. Les marques peuvent ainsi laisser libre cours à leur imagination. Des prototypes auparavant impossibles à créer sont actuellement à portée de main grâce à l’impression 3D.

Les domaines d’application de l’impression 3D sont très nombreux et n’arrêtent pas d’augmenter. Au sein de la NASA, on parle même d’impression 3D de nourriture. Le bioprinting (impression de tissu biologique) commence également à trouver sa place,  bien que la fabrication d’organes viables pour la transplantation relève encore de l’impossible pour le moment. 

Tout ce qu’il faut savoir sur le SIG et son utilité

Actuellement, il est possible de recueillir diverses informations pour constituer différentes sortes de bases de données. C’est de cette manière que le SIG ou Système d’Information Géographique a été mis en place. Ce dernier représente un outil de premier ordre pour de nombreux professionnels. Même dans la vie de tous les jours, les données géographiques ont besoin d’être traitées pour être opérationnelles.

Poursuivre la lecture

Parfaitement préparé à la transformation numérique grâce à une informatique moderne

La numérisation croissante dans tous les aspects de la vie crée des défis importants pour le secteur des assurances. Elle a fondamentalement changé les comportements, les besoins et les exigences des clients. La génération Internet – qui, soit dit en passant, a déjà la trentaine – a grandi avec les ordinateurs, les téléphones portables et Internet et a l’habitude de communiquer et de faire des achats à l’aide de smartphones. Si les digital natives sont intéressés par un produit d’assurance, ils s’informent sur le Web via des sites de consommateurs et de conseils, jettent un coup d’œil aux blogs pertinents et recherchent les offres les plus abordables sur les sites de comparaison. Finalement, ils concluent le contrat en ligne, par exemple en utilisant une application d’assurance qu’ils ont téléchargée sur leur smartphone.

L’ère du client a commencé

Et les clients sont de plus en plus exigeants : ils attendent désormais de leurs assureurs la même expérience d’achat pratique comme trouver une pharmacie de garde en ligne.. Ainsi que la possibilité de comparer rapidement les prix, les services et les produits de toutes sortes. Informations, conseils, conclusion de contrats, déclaration de sinistres ou administration de contrats – l’intégralité de la gestion des contrats doit être disponible sous forme numérique 24 heures sur 24. C’est pourquoi, pour le secteur de l’assurance, la mesure dans laquelle les besoins et les comportements changeants des clients sont compris sera d’une importance capitale, tout comme l’adaptation des produits et des processus en conséquence.

L’informatique devient le soleil autour duquel gravitent les assureurs

Les assureurs numériques doivent maintenir des écosystèmes numériques qui offrent une expérience numérique aux clients, et ils doivent créer des produits et services numériques. Pour réussir, tous les processus impliqués doivent être largement automatisés : les équipements informatiques et les systèmes sur lesquels les produits sont développés, commercialisés et administrés doivent fonctionner de manière aussi transparente que dans une usine. Les assureurs numériques s’appuient sur des processus spécialement conçus pour Internet : 100 % sans problème, sans file d’attente, automatisés et dotés de puissantes capacités d’analyse et d’intelligence artificielle.

Au fond, cela signifie que le modèle d’entreprise d’un assureur est d’abord une question d’informatique. Cela s’applique à tous les segments et est totalement indépendant du marché sur lequel les assureurs sont actifs. Le potentiel et les opportunités liés à la numérisation – par exemple en ce qui concerne les ventes, les canaux de communication, les relations avec les clients et les plateformes de coopération – ne peuvent être pleinement exploités qu’avec une infrastructure informatique moderne.

Les données – le pétrole du 21e siècle

Il en va de même pour un autre sujet important qui a fait la une des journaux en rapport avec la numérisation : le big data. Les données sont souvent considérées comme le nouveau pétrole. Cela signifie qu’elles sont l’une des matières premières les plus importantes et qu’elles constituent le carburant de chaînes de valeur, d’industries et d’économies entières. Ce n’est pas sans raison que, par exemple, les actions de Google surpassent celles de nombreuses entreprises de longue date – et cela prouve à quel point les entreprises axées sur les données sont désirables pour les investisseurs. Pour rester dans la métaphore, les systèmes d’information analytiques sont souvent appelés raffineries, car ils raffinent la précieuse matière première, c’est-à-dire qu’ils créent des informations et des connaissances à partir des données. Le secteur des assurances dispose d’une énorme quantité de données sur les clients, les produits, l’évolution des sinistres, etc. Grâce à des processus d’analyse intelligents et à des algorithmes spécifiques à l’assurance qui ont fait leurs preuves, ces vastes réserves de données peuvent être structurées et évaluées de manière pertinente.

Les informations obtenues donnent des indications précieuses pour l’entreprise d’assurance en ligne. Il ne s’agit pas seulement de prévoir les tendances et les évolutions générales, mais aussi d’avoir une vision à 360 degrés du client. Ces connaissances sont d’une valeur inestimable pour tous les domaines de l’activité d’assurance – depuis le développement de produits, les activités de marketing et de vente et la structuration des prix jusqu’à la gestion de l’entreprise axée sur la valeur. Globalement, l’analyse des données peut être utilisée pour minimiser les risques commerciaux et améliorer les produits et services.

Comprendre le développement d’application mobile

Vous avez déjà entendu parler d’applications mobiles développées pour une exploitation dans le domaine professionnel ? Sachez que ces applications existent bel et bien. Il ne s’agit pas ici d’applications de jeu ou d’une simple application permettant de faciliter son quotidien. On parle d’applications de qualité professionnelle qui permettent aux entreprises de booster leur efficacité ou encore de leur productivité. Plus de détails à ce sujet. 

Poursuivre la lecture

6 techniques pour retrouver un mot de passe oublié

Avec la très grande démocratisation d’internet, les moindres failles de sécurité peuvent être utilisées pour violer la vie privée des internautes. Il existe pour trouver un mot de passe donnant l’accès à un compte par exemple, de nombreuses techniques qui peuvent être utilisées. Bien qu’elles soient illégales, quelles sont les 6 meilleures d’entre elles pour trouver un mot de passe ?

Le trio gagnant

Parmi les techniques les plus efficaces pour trouver un mot de passe, voici le trio gagnant :

  1. L’attaque par brute force : il s’agit d’une méthode qui permet de casser le mot de passe. Il s’agit en fait de tester toutes les différentes combinaisons possibles de nombres, lettres et autres caractères spéciaux. On procède de cette manière, jusqu’à obtention du mot de passe tant convoité. Le seul inconvénient, c’est qu’il s’agit d’une méthode qui peut prendre énormément de temps.
  2. Le social engineering : ici, il est question de manipuler la victime, jusqu’à ce qu’elle donne elle-même des informations relatives à son mot de passe. C’est une technique qu’on peut employer partout, aussi bien sur la toile que dans la vie réelle.
  3. Les malawares : avec cette méthode, pas question de perdre du temps. On envoie simplement un beau cocktail de Chevaux de Troie, keyloggers et autres à la victime. Tous ces dispositifs se chargeront de fournir le précieux mot de passe.

1090036_biometrie-et-mot-de-passe-pourquoi-comparer-lincomparable-121973-1-min

 D’autres méthodes absolument REDOUTABLES

En dehors de ces trois méthodes qui font régulièrement leurs preuves, il en existe également d’autres pour trouver un mot de passe. Il s’agit par exemple :

  • Du phishing : c’est sans aucun doute, la méthode la plus facile pour venir à bout d’un mot de passe qui fait de la résistance. Elle consiste tout simplement à envoyer un mail ou une fausse application à la victime, afin de collecter ses données lorsqu’elle s’en sert sur ces plateformes.
  • Des tables rainbow : c’est une méthode assez complexe, et réservée aux professionnels. Il s’agit d’une combinaison de la brute-force et des hashs. Ces derniers sont des chiffrages à sens unique.
  • De deviner le mot de passe : pas besoin d’être un voyant doté de pouvoirs magiques, pour deviner certains mots de passe tant ils sont simples. Rien qu’avec un coup d’œil discret, on peut facilement en décoder certains.

Voila donc en 6 points, différentes méthodes pour récupérer facilement un mot de passe. Faites en bon usage.

Articles connexes :

  1. http://www.darty.com/darty-et-vous/high-tech/informatique/internet/comment-retrouver-mes-mots-de-passe-sur-internet
  2. http://assistance.orange.fr/assistance-commerciale/l-identification/gerer-vos-mots-de-passe/mot-de-passe-oublie-ou-perdu_65522-66357